Vous êtes ici : Accueil > 2nde, 1ère, terminale > Les enseignements facultatifs > Arts plastiques (art visuel) > Exposition au Chato’do le 11 décembre
Publié : 11 mars 2013

Exposition au Chato’do le 11 décembre


Faîtes vous entendre au Chato’do !


Pour les Terminales, la feuille de route donnée consistait à réaliser une production en volume qui matérialise physiquement le son dans l’espace. Les autres niveaux étaient plus libres dans leur création.


Un peu tardivement, nous publions un compte-rendu de l’exposition / concert des élèves en Arts plastiques du Lycée au Chato’do.

 


…A travers un projet d’exposition à l’extérieur de la salle d’arts plastiques, se dessinent plusieurs objectifs pédagogiques.


Au delà de la sphère des lycéens acteurs de l’exposition, Faîtes vous entendre au Chato’do ! a permis une sensibilisation des autres lycéens aux pratiques culturelles. Ils sont venus nombreux à la soirée de présentation, dans un lieu assez excentré, ont vu le talent de leurs pairs. Beaucoup n’ont pu se rendre sur place faute de transport le soir, mais étaient curieux et ont demandé à voir et entendre les enregistrements réalisés.

  1. Compréhension des enjeux de la proposition de la sculpture, au regard du programme de Terminale. A travers leur travail, les élèves se posent des questions que les artistes ont déjà abordées :
    • Sculpture durable ou juste pour la durée de l’exposition ?
    • Sculpture pour le lieu spécifiquement ou pas ?
    • Quel mouvement induit par la sculpture ? Celui de l’œuvre ou celui du spectateur ou celui de l’artiste ?
    • Quelle forme de sculpture adopter ? Pièce unique, ou éparpillée ? Avec quels matériaux ? Sculpture traditionnelle, installations, performances, etc. ?
    • Quelle place la technologie (sons, projections) occupe-t-elle dans l’art ?
    • L’image peut elle devenir volume ?
    • Etc.
       
  2. Les contraintes et difficultés d’exposer. Car, en effet, tant que les adolescents ne se sont pas confrontés à la réalité de l’exposition, tout semble possible et facile !
    • Comment exposer son travail quand d’autres productions risquent de le contaminer ?
    • Comment trimballer les travaux, de dimensions variables, jusqu’à destination ?
    • Quelles lumières et quel volume sonore est-il possible et souhaitables d’avoir ?
    • Que faire pour faire venir les élèves du Lycée Dessaignes, lors un événement à l’extérieur de l’Établissement ?
    • Faut-il expliquer son travail aux spectateurs ?
    • Etc. 
       
  3. Travailler en groupe, même lorsque sa production est personnelle.
    • Si le travail s’appuie sur la même thématique, par exemple le détournement des instruments de musique, qu’est-ce qu’on met en commun pour unifier la proposition tout en gardant sa pratique personnelle ?
    • Comment s’appuyer sur les compétences des uns pour mener à bien son projet, par exemple dans le cadre du montage vidéo ou la réalisation de soudures de diodes ?
  4. Rebondir sur les imprévus/accidents qui deviennent des hasards heureux et moteurs de la création au Lycée.
    • Deux élèves sont en plus musiciennes et jouent ensembles. Tant mieux, le Chato’do pourra organiser un mini concert avec elle. Mais leur show doit aussi s’inscrire dans la problématique de l’exposition.
    • Les affiches dessinées par les Terminales attirent l’attention : les Premières Arts plastiques veulent être associées et des musiciens toute section se font connaître pour également participer. Les objectifs artistiques et culturels dépassent la simple classe impliquée au départ. Madame Weil et ses élèves nous rejoignent.
       
  5. Faire découvrir les institutions culturelles de Blois à des Lycéens qui ne les connaissent que de nom, au mieux, pour la plupart.
    Au delà de la sphère des lycéens acteurs de l’exposition, Faîtes vous entendre au Chato’do ! a permis une sensibilisation des autres lycéens aux pratiques culturelles. Ils sont venus nombreux à la soirée de présentation, dans un lieu assez excentré, ont vu le talent de leurs pairs. Beaucoup n’ont pu se rendre sur place faute de transport le soir, mais étaient curieux et ont demandé à voir et entendre les enregistrements réalisés.